Page d’acceuil

Salon du Livre « La Mouette Liseuse » le 9 Mars 2014  à REDENE

Concours de Fables  - Catégorie « Hors Concours »

 

 

 

LA MOUETTE,    LA RIVIERE ET LA MER

 

 

 

 

 

Une mouette, de fière allure, avait posé son dévolu, là

Sur le ponton de la rivière du Pouldu nommée Laïta

 A chaque grande marée, moqueuse, elle s'amusait à observer

La ria se démener dans les courants d'eaux douce et salée.

 

Elle attendait c'est certain qu’il se passe quelque chose

Quelque chose d'incroyable qu'elle conterait le soir

A ses consoeurs, affables, couvant dans leurs nichoirs.

 

La mouette rieuse restait là scrutant les horaires de marée

Charriant la rivière en commentaires et propos déplacés :

 Tu n'es qu'une petite rivière serpentant entre bois et forêts,

 Regarde la mer gronder, bientôt tu ne pourras plus lutter

 Alors elle reprendra ses droits et toi tu disparaîtras.

 

La Laïta fatiguée d'entendre ses moqueries

Lui dit excédée et pleine d'agacerie

Vas-t-en donc rejoindre tes semblables au cul des chalutiers

 Et fiche-moi la paix avec tes jacasseries de fin de marché.

 Je recueille l'eau de l'Ellé et de l'Isole au creux de la vallée

 Et je l'amène dans mes méandres jusqu'à l'océan nourricier,

 Il en va ainsi, depuis nombreuses années, je te l'assure

 Et chacun à ses affaires pour que l'harmonie perdure.

 

La mouette n’en a que cure et reste là riant à sa figure

Elle rit, elle rit toute la journée sans discontinuer.

 

Un jour, par une forte crue et un vent contraire,

 La mer s’engouffra si loin dans le ventre de la terre,

Qu’elle emporta rives et ponton en un tourbillon,

 Entraînant la mouette, sans rébellion, par le fond.

 

 

MORALITE :

Si se moquer est chose aisée

Prenez garde, là, où vous mettez les pieds.

 

  

 

Bernadette GUILLOUËT Ecrivain

Le 20 / 02 / 2014

Babe35fr@yahoo.fr